Tu vois, mon itinéraire n’est que tatouages
Des ciselures momentanées
Entre le réveil tardif
Et le crépuscule en dents de scie
Mes mains vivent de transe
De la falaise de mon regard
Je suis le rêve fugitif
Et je continue mes nombreux voyages
Je prends ainsi mille repères
Où dansent souvent
Et un soleil levant
Et une lune en cavalcade
Je ressemble à ces plantes du désert
A ces dunes mouvantes 
A ces oasis du grand silence
Et je consolide le rêve du rêve
Dans les bras d’un ciel entrouvert
Je m’emporte comme un enfant
M’élève à la verticale
Au paroxysme du délire
Mon corps hybride s’évapore
Comme une brume matinale
Comme la plus petite goutte de rosée
Déposée au cours de la veille
Qui rutile de mille éclats
Et qui espère s’accrocher à la vie
Avant de s’éteindre en ruissellements 
Dans le cœur d’une fleur inconnue
Tout n’est que recommencement
Le rituel cycle de la vie
La continuité des flots des saisons
Le ciel entre pleur et rire
Et la nature entre verdure et étiolement
Ne sont que le fond d’une toile ambulante
Où viennent se jeter
Et le soleil, la lune, les nuages
Et le convoi de l’interminable séjour
Dont le cheminement désaxé
Selon les caprices des pendules du… temps
J’héberge mes visions changeantes
Dans les prunelles des oiseaux migrateurs
Et j’appelle ces pulsions : un apaisement
Tu vois, ma voix change encore de timbre
Et ma longue voie reste à l’état virginal
Une autre forêt… dépaysée
Ou une autre grotte inexplorée…
Et je demeure quelque part
Dans la dimension des autres… écrits inédits


A : Ptite_muse 

Jeudi 22 Août 2002

 

© Kacem Loubay - Khenifra (Maroc)

 

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

 

 

Retour

 

 


Membre de ClickFR, Reseau francophone Paie-Par-Click

 

 

 

 

 

Positionnement et Statistiques Gratuites Hit-Parade