AVANT LE CHAOS DES CIVILSATIONS




Drôle de guerre contre les ombres
Des frappes ajustées dans un monde indifférent
De la hargne d’une vengeance viscérale
Des bombes incalculables n’ont plus de prix
Pour tuer sans merci, pleuvoir sur les têtes
Des pauvres innocents aux grands yeux hagards
Détruisez le pays déjà ravagé par les cataclysmes
Du soutien d’hier on rase le reste de ruine
Une civilisation qui prône l’ère néolithique
Ou une civilisation qui défie l’ère paléolithique
Qu’importe à l’histoire et à la barbarie moderne
La mort est présente parmi le convoi des moribonds
Du reste des réfugiés l’engendrement d’une souffrance plurielle
Qui las de revivre l’affreuse rage des belligérants
Fuient le grottes préhistoriques pour d’autres lieux sauvages
Ceinturés de partout par les autres, par l’hiver à la porte
Par l’alliance du diable au visage devenu inhumain
Vivent de malédiction en malédiction : leur destinée
Dans l’exode interminable vers d’autres cieux cléments
Ni hôpitaux, ni simples soins, ni écoles, ni nourriture…
Le ciel, la terre, ils s’en vont dans les bras de l’incertitude
Et végètent de l’intolérance des autres qui les massacrent
De bombardement en bombardement tel est le vrai salaire
D’un peuple d’errants à travers le monde contemporain
Tout un peuple victime, prisonnier, otage des décisions …
Je souffre d’être un homme renié et loin de ces arènes ouvertes
La machine infernale continue sa trajectoire de tueries
Ils paient la rançon des offenses et des anciens défis
La caution des erreurs des autres, ils sont devenus la cible promise
Aux exterminateurs qui de leur tour d’ivoire quadrillée
Savourent les délices du triomphe d’un peuple opprimé
Lèvent leurs toasts dans une coupe à la forme de crâne ciselé
La honte semble ne plus les atteindre, ils sont immunisés
Des généraux loin des champs de bataille dictent les ordres
Ils sont repus de sang, de cadavres, des vampires à l’affût
Les avions tels des rapaces les griffes lacérées mitraillent
Torpillent les maisons, les hôpitaux, les femmes et les enfants…
Faîtes le compte des millions de dollars, d’écus, d’euros…
De quoi bâtir des villes, des villages… toute une civilisation
De quoi rendre la terre plus fertile, ensemencée, irriguée…
De quoi redonner à l’homme son prestige, sa dignité confisquée
Faîtes le compte et le reste moisira dans vos caisses rouillées
Pour chercher un, ou d’autres peuples à mettre sous la tutelle
Vendez vos armes qualifiées, expérimentées sur des innocents
A tuer sans distinctions, vous dites qu’elles sont intelligentes
Souillez les mers, les océans, les fleuves, les prairies et les déserts
Voyez vos peuples partout, ils vivent de psychose collective
Quand une autre guerre innommable vient de franchir les frontières
La guerre bactériologique échappe de vos laboratoires ambulants
A nous tous citoyens du monde entier des masques à gaz
A nous tous citoyens du monde entier tous les vaccins performants
L’univers deviendra une autre planète dans un autre orbite fantôme
Nous ne ressemblerons ni à nous ni à nos anciens ancêtres
Nous deviendrons de vrais extraterrestres sur une autre galaxie
Plus de films de science fictions puisque nous sommes les acteurs
Qui sait nous vivons la hantise de nos propres inventions rénovées
Notre ciel perd la raison d’être éternel, il risque de s’absenter
Cherchons notre soleil, notre lune, nos étoiles et étoiles filantes…
Je me trompe, mais ces guerres injustifiées nous menacent
Demain on souffrira davantage de malades, d’aliénés, d’handicapés
Nous serons ailleurs dans une autre dimension inter – planétaire
Quelque part au fond d’un océan sans fond, tout l’univers englouti
Pardon je continue à frôler la démence des peuples à la dérive
Mon cœur ulcéré ne bat plus à la même cadence des jours anciens
De ma mémoire disséquée les vannes de sang sont en ébullition
Les cris, les plaintes, les bombardements, les fuites ; tous émergent
Sauvez notre monde avant le déferlement de nouveaux apocalypses
Ces hommes sont devenus fous ils explosent et anéantissent…
Et de la blancheur de vos mains conjuguons tous nos efforts
Pour l’arrêt de toutes les guerres, les injustices, les crimes…
Je manifeste une fois de plus ma révolte pluridimensionnelle
A nous, à vous citoyens du monde entier d’arrêter ces effusions
Et mettre une fin à la tragique et effroyable pendaison des… peuples



A TOUS LES INTELLECTUELS DU MONDE


KHENIFRA : Mercredi 17 Octobre 2001
MAROC
Kacem loubay
k_loubay@yahoo.fr

 



Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer un poème pour parution

Mettre le poème du jour sur votre site

Archive poèmes du jour

 



© 2000 Bruce DeBoer


00033964
textes des auteurs protégés

 

 

 


Membre de ClickFR, Reseau francophone Paie-Par-Click

Hit-Parade Positionnement et Statistiques Gratuites

<Classement de sites - Inscrivez le vôtre! L'ABC du Gratuit...Pour trouver les meilleurs sites gratuit de l'Internet !!!

Planete-Virtuelle