Ma vitre est un jardin de givre (Acrostiche)




Ma chambre à des miroirs aux teints blancs et blafards
Avec des reflets lourds, qui hantent mon esprit.
Verres bruts à l'affût de l'alcool du soiffard
Inspirant du dégoût bien plus que du mépris
Tirant vers eux mon âme impuissante et sans fard.

Reflets qui m'épiez jusqu'à l'obsession
Ecoutez donc ma voix qui réclame votre aide !
Entendez-vous mon coeur hurler sa passion ?
Sortez de vos miroirs, pensées fourbes et laides
Tentacules perfides et sans compassion !

Un soleil pâle et bas vient traverser ma chambre
N'éclairant que très peu mon univers morbide.
Je vois cette lueur filtrer comme dans l'ambre
Aborder mes miroirs dépolis et livides,
Rentrer dans la matière des reflets qui se cambrent.

Derrière mes miroirs grouille une armée de bêtes
Immondes et cruelles aux formes insipides.
Ne sonnez plus jamais tocsin des maux de tête !
Disparaissez fantômes, lambeaux, spectres sordides,
Emportez vos noirceurs, laissez mon âme nette.

Grise-moi de ta vue lueur douce et discrète,
Invite-toi chez moi, devine mes émois,
Vibre dans ma chaleur et caresse ma tête
Referme à tout jamais le gouffre de mon moi
Et mes miroirs de l'âme, et leurs portes secrètes.



( Hommage à Emile Nelligan )


Robert Bonnefoy
http://perso.club-internet.fr/robert.bonnefoy/

 



Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer un poème pour parution

Mettre le poème du jour sur votre site

Archive poèmes du jour

 



© 2000 Bruce DeBoer


00033964
textes des auteurs protégés

 

 

 


Membre de ClickFR, Reseau francophone Paie-Par-Click

Hit-Parade Positionnement et Statistiques Gratuites

<Classement de sites - Inscrivez le vôtre! L'ABC du Gratuit...Pour trouver les meilleurs sites gratuit de l'Internet !!!

Planete-Virtuelle