La Déréliction de Morphée


Sans cesse bravé par le Grand Savoir,
L'homme frémissait à l'idée de voir,
Le clair-obscur disparaître soudain,
Au profit du jour, quand tout est dédain.

Son esprit, occupé plus que jamais,
Fut épouvanté par l'aigle imprimé,
Voyageant des sommets aux catacombes,
Ses noirs regrets nuirent aux blanches colombes.

Pris de vertige à la vue de ce monde,
Qui barbare étant est beau pour autant,
Perdit l'équilibre et chuta longtemps,

Son derme souillé par des plaies immondes,
Et l'étang de cruor, le firent cafard.
Dans les reflets, il vit ses traits blafards.



© Vates
acerbus_vates_delos@hotmail.fr

 

 

Pour envoyer cette page à un(e) ami(e) - Cliquez ici

Pour envoyer un poème pour parution - Cliquez ici

Pour mettre le poème du jour sur votre site - Cliquez ici

Liste des sites qui ont mis le service gratuit en place ici

Archive poèmes du jour ici

Recevoir les poèmes du jour par mail 
(newsletter tous les 15 jours ou par mois selon)


 



© 2000 Bruce DeBoer


00033964
textes des auteurs protégés

 




 

 

 

Hit-Parade   Classement de sites - Inscrivez le vôtre!     Topsites de Myfreesurf ...

<Classement de sites - Inscrivez le vôtre! L'ABC du Gratuit...Pour trouver les meilleurs sites gratuit de l'Internet !!!